13 avril 2017

Compétition de swimrun en Croatie : Olivier nous raconte sa course

Il y a quelques jours nous vous avions parlé d’Olivier, consultant agapien qui a participé le 2 avril à une compétition de swimrun en Croatie. Petit rappel, le swimrun est un sport d’endurance extrême qui allie course à la manière d’un trail et natation en eaux libres.

Une course aux conditions extrêmes

La course a ainsi eu lieu sur l’île de Hvar en Croatie, où les compétiteurs du monde entier ont dû s’affronter sur un parcours constitué de 10.5km de nage et 35km de course. Un réel défi donc, d’autant plus dur à relever que la météo était peu clémente. Un vent d’une extrême intensité s’est en effet invité tout au long de la course provoquant ainsi du courant et de très fortes vagues, « presque comme des minibus, s’écroulant sur les équipes » expliquent les organisateurs. « Les conditions les plus dures qu’on ait eu sur une course ».

Des conditions climatiques qui ont d’ailleurs obligé les organisateurs à modifier le parcours pour des raisons de sécurité. Sur les 110 équipes enregistrées, 100 ont fait le départ de la course et 51 seulement ont pu la finir.

Belle performance de notre agapien malgré quelques déceptions

Olivier et son co-équipier ont fait partie de ces 49 équipes qui n’ont malheureusement pas pu finir la course. Une déception pour ces deux compétiteurs qui s’étaient beaucoup préparés pour l’occasion : « Nous sommes un peu déçus car nous avions passé beaucoup de temps à nous entraîner pour cette course notamment en natation car 4km de nage de plus comparé à notre dernière course à Solvalla en Finlande mais les conditions climatiques le jour de la course n’étaient pas avec nous. Le passage des 3km a été plus dur que prévu. Au lieu de faire ce passage en un peu plus d’une heure, il nous a fallu environ deux heures et nous avons été déportés avec mon coéquipier, comme plusieurs équipes. Ce qui fait que quand nous avions enfin atteint le deuxième cut-off nous sommes arrivés après les cinq heures de course imposées et cela a entraîné notre disqualification encore pour des raisons de sécurité. »

Une déception compréhensible pour cette équipe qui n’a cependant pas à rougir de sa performance. L’effort produit ainsi que l’énergie mis au service de la compétition ont été considérables. Cette course a prouvé que la nature n’est pas quelque chose qui se conquiert facilement. Le swimrun c’est être capable de se surpasser et de s’adapter à l’environnement. Ce week-end de compétition en a été la preuve parfaite.

Malgré cela, notre agapien reste motivé pour la suite et ne se laisse pas décourager : « Cela reste malgré tout une super course dans un cadre unique. Déçu de ne pas avoir fini car nous avions encore suffisamment d’énergie pour la finir, nous étions au second cut-off à la moitié du parcours environ. Maintenant, il ne faut rien lâcher car la prochaine course en septembre sera également très exigeante ».

Voici un résumé en images de ce week-end d’exception !