5 avril 2017

Superbe performance pour Maxime (Ingénieur d’Affaires agap2) au XTerra Malta 2017 !

Dimanche dernier, c'est à Malte que se tenait, comme chaque année le Xterra Malta. L'événement a rassemblé plus de 500 athlètes dont de nombreux professionnels, pour la plupart issus d'autres disciplines voisines comme le triathlon, le VTT ou le cyclisme. Maxime (Ingénieur d’Affaires agap2) réalise une superbe performance : vainqueur de la catégorie 20-24 ans, 10ème au scratch.

Vainqueur de la catégorie 20-24 ans, 10ème au scratch. Maxime, bravo à toi, nous sommes fiers de toi !

Dimanche dernier, c’est à Malte que se tenait, comme chaque année le Xterra Malta. L’événement a rassemblé plus de 500 athlètes dont de nombreux professionnels, pour la plupart issus d’autres disciplines voisines comme le triathlon, le VTT ou le cyclisme. Maxime (Ingénieur d’Affaires agap2) réalise une superbe performance : vainqueur de la catégorie 20-24 ans, 10ème au scratch.

Maxime est Ingénieur d’Affaires. En tant que véritable entrepreneur, il assure des fonctions orientées business et management afin de développer et suivre les activités de la société.

Il est l’interlocuteur privilégié de nos clients et développe en permanence de nouvelles opportunités en définissant une stratégie et en défendant des propositions de projets. Il a la responsabilité du recrutement de nouveaux collaborateurs et le management des équipes de consultants.

XTerra: quand le triathlon devient nature!

Le XTerra est une adaptation moderne du triathlon où les athlètes délaissent l’asphalte pour les chemins et les sentiers.

Le triathlon est dépassé, place au XTerra, discipline sportive née il y a seulement 15 ans, et dont les championnats du monde se déroulent chaque année à Hawaï. Parmi les adeptes, un certain Lance Armstrong est même devenu accro. Présentation de cette variante “sauvage” du triathlon.

Apparu pour la première fois en 1996 aux États-Unis sous le nom d’aquaterra, le XTerra se décline en trois pratiques d’endurance. Là où le triathlon propose une épreuve de natation, de cyclisme et de course à pied, le XTerra décline le même menu version nature sauvage. La nage se pratique en eaux vives, tout comme au triathlon, mais le passage sur deux roues se fait en VTT et la course à pied habituellement sur route, est remplacée par le “trail running”, qui privilégie le hors-piste, à savoir les terrains montagneux, forestiers ou sablonneux. On connaissait la version extrême du triathlon, baptisée “Ironman” combinant 3,8 km de natation, 180 km de vélo et un marathon. Le Xterra est quant à lui un peu moins héroïque que son cousin mais tout aussi épique par sa touche “off-road” et son côté aventurier.

Le XTerra attire par la proximité qu’il propose avec la nature mais aussi par le défi physique qu’il impose : sur des distances équivalentes à celles du triathlon traditionnel, les participants enregistrent un temps suppérieur de 30 à 40 %. “On constate actuellement que le triathlon propose des parcours plus stéréotypés, plus classiques, avec quelques boucles. Le XTerra sort des sentiers battus, il est un peu l’équivalent du triathlon à ses débuts, quand les parcours étaient moins balisés, mais il pourrait devenir dans 10 ou 15 ans ce que le triathlon est aujourd’hui, cela dépend de son évolution”, avoue le DTN du triathlon français qui semble regretter le manque d’audace des parcours proposés en compétition. Une audace dont ne manque pas le XTerra, entre exigence sportive, esprit d’aventure et plages de sable fin.

Source : http://www.lemonde.fr/sport/article/2011/10/25/xterra-quand-le-triathlon-fait-du-hors-piste_1593426_3242.html